La gestion des eaux parasitaires d’infiltration et de captage : un incontournable pour réduire vos débordements d’eaux usées et assurer le développement de vos réseaux d’égouts

Problèmes de refoulements et de débordements d’eaux usées : connaissez-vous bien votre réseau d’égouts?

Nos réseaux d’assainissement d’eaux usées véhiculent des quantités surprenantes d’eau d’origine pluviale occasionnant des surcharges lors de fortes pluies ou lors de la fonte printanière. Des outils comme les campagnes de mesures de débit ou les essais à la fumée peuvent vous aider à quantifier et localiser les sources de captage et d’infiltration qui causent ces problèmes.

Plus de 300 millions de dollars sont versés chaque année en indemnités pour couvrir les dommages causés par la défaillance de nos infrastructures municipales, notamment par des refoulements d’égouts[1]. Nos réseaux débordent aussi dans les cours d’eau par les trop-pleins, comme le démontrent les 45 512 déversements d’eau usée recensés par le MAMOT en 2013. Ces situations, qui surviennent même dans des réseaux d’égouts séparatifs récents, sont souvent causées par des sources de captage en surface et/ou d’infiltration par la nappe souterraine. Ces sources peuvent même empêcher certaines municipalités de prolonger leurs réseaux pour accueillir de nouveaux utilisateurs payeurs de taxes, comme des industries ou des développements commerciaux ou résidentiels.

D’ailleurs, le MDDELCC n’autorise, depuis le 1er avril 2014, aucun projet d’extension de réseaux susceptible de faire augmenter la fréquence des débordements d’égouts sans avoir prévu des mesures compensatoires. Bien entendu, des mesures simples comme des programmes de débranchement des gouttières peuvent être mises de l’avant, mais encore faut-il s’assurer de leur pérennité. Une bonne gestion des débordements devrait, à notre avis, débuter par une meilleure connaissance du comportement de nos réseaux face aux événements météo.

La mesure du débit : un outil puissant pour connaître le comportement de votre réseau face aux précipitations

Combinée à la mesure des précipitations, la mesure du débit en continu permet d’interpréter le comportement d’un tronçon de réseau lors des événements pluvieux. Une réaction rapide du débit lors d’un événement intense, suivi d’un retour à la normale peu de temps après la pluie, indiquera la présence de sources de captage directes d’eau de surface au réseau sanitaire, comme des puisards de rue, des drains de toits plats, des gouttières, etc. Une réaction plus lente du débit avec effet prolongé sur plusieurs jours pourrait être attribuable à la présence de sources de captage indirectes comme des drains de fondations ou à l’infiltration d’eau souterraine par les joints de regards ou de conduites. Une campagne de mesures devrait être suffisamment longue pour couvrir une gamme variée d’événements de pluie et de conditions de nappe d’eau souterraine.

Les essais à la fumée : pour localiser les sources de captage

Un essai à la fumée consiste à propulser dans les conduites une fumée blanche non toxique à l’aide d’un ventilateur. En réseau séparatif, tout dégagement de fumée par des puisards, gouttières, drains de toit ou de fondations, indique un branchement non conforme constituant une source de captage d’eau parasitaire au réseau d’égout. La correction de ces mauvais branchements pourra permettre de soulager le réseau en temps de pluie ou de fonte de neige, notamment pour le débit de pointe, réduisant ainsi les possibilités de débordements. Vous pourriez ainsi récupérer une certaine marge de manœuvre qui pourrait vous permettre de prolonger vos réseaux.

Contactez notre équipe des Services techniques pour en savoir plus.  AVIZO Experts-Conseils, depuis plus de 20 ans au service des municipalités.

[1] Source : Bureau des assurances du Canada

Les commentaires sont fermés.