Survol de la stratégie québécoise d’économie d’eau potable – SQEEP

L’eau douce représente près de 10 % de la superficie du territoire québécois. D’après le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH), ça représente 3 % de l’eau douce renouvelable de la planète.

Et pourtant, ou peut-être à cause de cette abondance, le Québec fait mauvaise figure au regard de l’économie de l’eau potable. En mars 2011, le Gouvernement met donc en place la première Stratégie québécoise d’économie d’eau potable (SQEEP). En mars 2019, une nouvelle mouture de la SQEEP est publiée pour l’horizon 2019-2025. C’est de celle-là que nous parlerons dans cet article.

On commencera donc par définir la SQEEP et les engagements de la SQEEP. Comme la SQEEP s’appuie fortement sur l’Indice des fuites dans les infrastructures, c’est la prochaine chose dont on traitera avant de passer aux objectifs de la SQEEP pour tout le Québec et aux objectifs de la SQEEP pour les municipalités québécoises. On terminera avec une liste de ressources disponibles aux municipalités pour s’acquitter de leurs engagements de la SQEEP.

Qu’est-ce que la Stratégie québécoise d’économie d’eau potable ?

La Stratégie québécoise d’économie d’eau potable (SQEEP) comprend des engagements et des mesures à mettre en place par les municipalités québécoises pour atteindre des objectifs d’économie d’eau potable spécifiques, précis et adaptés à leur réalité. Elle inclut également des objectifs pour tout le Québec.

La SQEEP s’appuie sur les meilleures pratiques en gestion des infrastructures en eau et en préservation de la ressource eau. La collecte de donnée sur le réseau de distribution en eau est essentielle pour déterminer l’atteinte des objectifs d’économie d’eau potable.

Trois employés de chantier travaillent au fond d'une fosse à connecter des conduites d'aqueduc

Les mesure et les engagements de la Stratégie québécoise d’économie d’eau potable

Dans la SQEEP, il y a deux groupes de mesures ou d’engagements. Ceux pour l’ensemble du Québec qui s’adressent au Gouvernement du Québec et à ses partenaires. Ceux qui s’adressent aux municipalités québécoises.

Les mesures et engagements pour l’ensemble du Québec

  • L’aide financière pour les infrastructures en eau est conditionnelle à l’approbation du bilan de l’eau.
  • Le code de la construction sera révisé pour optimiser l’économie de l’eau potable dans les nouveaux bâtiments.
  • Les politiques d’économie d’eau potable mises en place pour les immeubles gouvernementaux, du réseau de la santé, des services sociaux et du réseau de l’éducation seront reconduites.
  • Le Gouvernement du Québec et ses partenaires joueront un rôle d’accompagnateur pour les municipalités québécoises.
  • Les résultats de la Stratégie seront colligés et publiés.

Les mesures et engagements pour les municipalités québécoises

  • Un bilan annuel de l’économie d’eau potable sera produit et publié.
  • Les pertes d’eau dans les réseaux municipaux seront contrôlées.
  • Les moyens nécessaires pour améliorer l’économie d’eau des consommateurs seront mis en place.
  • L’eau et les infrastructures en eau seront gérées durablement.

Qu’est-ce que l’indice de fuites dans les infrastructures ?

L’indice de fuites dans les infrastructures (IFI) (ou Infrastructure Leakage Index [ILI] en anglais) représente le ratio des pertes d’eau réelles (PER) sur les pertes d’eau réelles inévitables (PERI).

IFI = PER / PERI

Le volume d’eau distribué comprend la consommation résidentielle, la consommation non résidentielle et les pertes d’eau réelles.

PER regroupent les fuites des conduites d’alimentation et de distribution, les fuites et les débordements constatés aux réservoirs ainsi que les fuites aux branchements de service dans l’emprise publique. Il s’obtient en soustrayant du volume d’eau distribuée dans un réseau, les volumes d’eau consommée par les secteurs résidentiels et non résidentiels ainsi que les pertes d’eau apparentes.

La consommation d’eau non résidentielle est mesuré par des compteurs d’eau et la consommation d’eau résidentielle est déduite à partir des autres mesures.

PERI représente la limite technique inférieure de fuites qui pourrait être atteinte si toutes les meilleures technologies actuelles étaient appliquées avec succès dans un réseau en bonne condition. On utilise une formule empirique développée par l’International Water Association (IWA).

PERI = ( 18Lr + 0,8Nbr + 25Ltbru ) × Pm
PERI : pertes d’eau réelles inévitables (L/jour)
Lr : longueur des conduites du réseau (km)
Nbr : nombre de branchements de service
Pm : pression moyenne au point représentatif du réseau (m d’eau)
Ltbru = Nbr x Lmbru
Ltbru : Longueur total des branchements du côté usager (km)
Lmbru : Longueur moyenne des branchements côté usager (km)

Catégorie de fuite dans les réseaux de distribution d’eau potable

La SQEEP a établi des catégories en fonction des résultats du calcul de l’IFI :

  • A : Fuite faible, IFI < 2
  • B : Fuite modéré, 2 < IFI < 4
  • C : Fuite élevé, 4 < IFI < 8
  • D : Fuite très élevé. IFI > 8
Intérieur d'une usine de traitement d'eau potable

Les objectifs de la Stratégie québécoise d’économie d’eau potable

Comme pour les mesures et les engagements, il y a deux groupes d’objectifs dans la SQEEP. Ceux pour l’ensemble du Québec qui s’adressent au Gouvernement du Québec et à ses partenaires. Ceux qui s’adressent aux municipalités québécoises.

Les objectifs de la Stratégie québécoise d’économie d’eau potable pour l’ensemble du Québec

  • Atteindre un volume d’eau distribué par personne par jour inférieur à 458.
  • Atteindre un niveau de fuite modéré, c’est-à-dire un IFI < 4.
  • Assurer le maintien des infrastructures de l’eau et rattraper le déficit d’entretien.

Les objectifs de la Stratégie québécoise d’économie d’eau potable pour les municipalités québécoises

La SQEEP comprends trois objectifs pour les municipalités, soit l’objectif de l’indice des fuites dans les infrastructures, l’objectif de consommation résidentielle et l’objectif de maintenance des infrastructures en eau.

Objectif de l’Indice des fuites dans les infrastructures


Nombre de branchement (Nbr)Objectif de l’indice de fuite dans les infrastructures (IFI)
Nbr < 10003
1000 < Nbr < 100 0003 + Nbr / 1000
Nbr > 100 0004

Si les installations de production d’eau potable ont fonctionné à 90 % de leur capacité au moins une journée ou si deux avis de restriction d’utilisation d’eau ont été émis lors d’une sécheresse, au cours des cinq dernières années ou si des investissements pour augmenter la capacité des installations de production d’eau potable sont prévus dans les dix prochaines années on soustrait 1 de l’objectif IFI.

Si l’objectif IFI final est atteint, les mesures de contrôle des fuites 1 et 2 qui suivent doivent être mises en place. Si l’objectif IFI final n’est pas atteint, on doit mettre en place les six mesures suivantes :

  1. Valider des données de l’audit de l’eau
  2. Éliminer les fuites et les débordements aux réservoirs
  3. Contrôler les fuites
  4. Réduire les temps de réparation des fuites
  5. Mesurer la consommation non résidentielle. Estimer les autres consommations.
  6. Gérer la pression d’eau
Fillette arrose un petit conifère avec une arrosoir rose

Objectif de consommation résidentielle

Si les installations de production d’eau potable ont fonctionné à 90 % de leur capacité au moins une journée ou si deux avis de restriction d’utilisation d’eau ont été émis lors d’une sécheresse, au cours des cinq dernières années ou si des investissements pour augmenter la capacité des installations de production d’eau potable sont prévus dans les dix prochaines années la consommation résidentielle devra être inférieur à la moyenne ontarienne sinon elle sera inférieure à la moyenne canadienne.

Au moment de la publication de la SQEEP 2019-2025, le MAMH estimait que la consommation moyenne ontarienne en 2025 serait de 177 l/personne/jour et que la consommation moyenne canadienne en 2025 serait de 211 l/personne/jour.

Si l’objectif IFI final est atteint par la municipalité seule la première des quatre mesures de contrôle de la consommation résidentielle qui suivent devra être mise en place, sinon toutes les mesures qui suivent devront être mises en place :

  1. Mettre à jour la réglementation municipale sur l’utilisation de l’eau
  2. Sensibiliser les résidents et les résidentes
  3. Montrer l’exemple en mettant en place des mesures de réduction de consommation d’eau de la municipalité
  4. Mesurer la consommation d’eau non résidentielle et estimer les autres consommations d’eau.
Conduites d'aqueduc et quatre valves sur un chantier routier

Objectif de maintenance des infrastructures en eau potable

L’objectif de maintenance est d’assurer le maintien des infrastructures de l’eau et de rattraper le déficit d’entretien.

Les municipalités doivent faire une planification des besoins d’investissement dans les infrastructures en eau potable sur 10 ans. Incluant la maintenance et le rattrapage du déficit d’entretien, l’amélioration des services, les agrandissements et les nouvelles infrastructures.

Libre à elles de déterminer les niveaux d’investissement à déployer pour atteindre l’objectif de maintenance.

Un indicateur de performance pour cet objectif a tout de même été introduit dans la SQEEP 2019-2025. Il s’agit du ratio entre les investissements dans les infrastructures en eau potable et les besoins réels.

Ressources de la Stratégie québécoise d’économie d’eau potable pour les municipalités

Le MAMH et ses partenaires mettent à la disposition des municipalités québécoises une série d’outils pour les aider à mettre en place les mesures et à rencontrer les engagements de la SQEEP. Parmi ces ressources on trouve :

Des spécialistes chevronnés pour aider les municipalités à s’acquitter de leurs obligations de la Stratégie québécoise d’économie d’eau potable

La stratégie québécoise d’économie de l’eau potable s’appuie fortement sur des mesures de débits. Que ce soit pour déterminer le volume d’eau distribué, la consommation résidentielle ou non résidentielle ou les différentes pertes du réseau de distribution, vous utilisez probablement déjà plusieurs débitmètres. Il est recommandé de faire vérifier vos systèmes de mesure de débits au moins une fois par année.

Depuis plus de 30 ans, les spécialistes d’Avizo Experts-Conseils aident les industriels et les municipalités à obtenir des mesures de débits de qualité par la vérification d’exactitude, l’étalonnage et la réparation de débitmètres et de systèmes de mesure de débit.

Contactez un expert Demandez une soumission

Références :