Assainissement décentralisé

Les froids extrêmes que le Québec vit ont sûrement occasionné des maux de tête à certains propriétaires. Des froids intenses sur une longue période et un faible couvert de neige sont propices à occasionner le gel du dispositif d’épuration des eaux usées ou de l’une des ses composantes. Être en mesure d’identifier et de corriger les situations pouvant favoriser le gel est nettement plus facile que de faire face au système complètement gelé.

Pourquoi une installation septique gèle t’elle ?

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine du gel d’un dispositif d’épuration des eaux usées. Les causes les plus communes sont décrites ci-dessous.

  • Couvert de neige insuffisant

L neige est un excellent isolant, principalement lorsqu’elle est fraîchement tombée. Une couche de 30cm de neige »folle » contient environ 7% d’eau et procure un facteur isolant équivalent à 15 cm de laine minérale, soit une résistance thermique d’un facteur R-18. La neige contribue à conserver la chaleur des eaux usées et l’énergie géothermique du sol sous-jacent au dispositif d’infiltration. Un couvert de neige insuffisant permettra donc au froid de descendre en profondeur et de geler certaines composantes du système

  • Couvert de neige compacté

Même si le couvert de neige est important, sa densité doit être prise en considération: un couvert compacté n’aura pas la même capacité isolante que son pendant non compacité. La circulation de véhicules récréatifs, la présence du sentier ou le passage d’animaux domestiques au-dessus de l’installation septique compactera la neige et permettra au gel de progresser en profondeur. Il en est de même pour la neige déplacée ou soufflée. Dans les cas où des conduites doivent inévitablement passer sus un sentier ou un stationnement, il faut les calorifuger adéquatement.

  • Utilisation irrégulière du système

Lorsque la propriété est inoccupée pendant une longue période en hiver, l’absence d’eaux usées alimentant l’installation septique provoquera un refroidissement de la masse d’eau dans la fosse septique, ce qui peut aller jusqu’au gel. La même problématique peut surgir lorsqu’un faible volume d’eaux usées est produit lors de courts séjours. Cette utilisation occasionnelle ou partielle de la propriété ne générera pas suffisamment d’énergie thermique pour maintenir une température au-dessus du point de congélation.

  • Fuite d’un accessoire de plomberie

Une robinetterie ou une toilette qui fuit produira un filet d’eau qui s’écoulera lentement vers la fosse septique. Si la conduite d’amenée est mal protégée contre le gel, le film d’eau refroidira rapidement et sera propice au gel. Cette formation de lames de glace successive pourra aboutir à une obstruction complète.

  • Drainage inadéquat d’une conduite

C’est le problème de gel le plus fréquemment rencontré. Conduite d’amenée, conduite de refoulement ou conduite de distribution: si leur drainage est défaillant, l’eau s’accumulera et créera un risque de gel. Le mauvais drainage découle habituellement d’une pente insuffisante ou inversée, ou encore d’une dépression due à une mauvaise préparation de l ‘assise, de débris de construction ou d’un poste de pompage non purgé, entre autres.

  • Introduction d’air froid dans le système

Toute installation septique doit être raccordée à un évent (l’évent principal de la plomberie de la résidence ou un évent autonome). Si par mégarde un couvercle, une bouche d’accès ou un regard est ouvert à l’atmosphère, de l’air glacial entrera et refroidira systématiquement toutes les composantes raccordées à l’évent.

Quoi faire ou ne pas faire en cas de gel ?

Dès que vous constatez un problème de gel, appelez un professionnel de l’industrie consultant, installateur ou pompeur). Il pourra vous guider dans la recherche d’une solution ou intervenir avec des équipements appropriés.

Il est possible de déglacer une conduite à l’aide d’une génératrice de vapeur ou d’une unité à haute pression alimentée en eau chaude. Une inspection avec caméra sera nécessaire pour localiser la zone gelée. Ensuite, un câble chauffant pourrait être ajouté.

Si toutefois le problème est au niveau du dispositif d’infiltration, il faudra attendre au printemps pour intervenir. Dans ce cas extrême, la fasse septique sera utilisée comme une fosse de rétention et devra être vidangée au besoin. Évidemment, une consommation et eau réduite à son minimum pourra diminuer les frais de pompage de disposition.

Ce que vous ne devez surtout pas faire:

  • Ne pas ajouter d’antigel, de déglaçant (sel ou saumure) ou tout autre additif pour fausse septique;
  • Ne pas pomper les eaux usées directement dans l’environnement;
  • Ne pas allumer un feu au-dessus des composantes pour essayer de les dégeler;
  • Ne pas faire couler continuellement l’eau chaude pour tenter de déglacer l’installation.

Comment prévenir ce gel ?

Plusieurs interventions toutes simples peuvent être mises en place pour prévenir le gel. Voici en vrac quelques recommandations :

  • Déposez  20 à  30 cm de paillis au-dessus des conduites, de la fosse septique et d’élément épurateur afin de procurer une couche isolante supplémentaire. Ce paillis peut être composé de paille, de branches et de feuilles ou de copeaux qui ne se compactent pas et resteront en place.
  • Aussi étrange que cela puisse paraître, il ne faut pas lésiner sur l’usage d’eau – la plus chaude possible, de surcroît. L’augmentation de la consommation d’eau chaude permettra de maintenir une température suffisamment élevée dans la fosse septique pour éviter que son contenu gèle. Favoris

Les commentaires sont fermés.