Analyse des postes de pompage par Avizo Experts-Conseils

Introduction au projet :

Pour la majeure partie du Québec, les conduites d’égouts ont été installées dans les années 70 et 80. À cette période, les stations d’épuration étaient encore rares. Les égouts dirigeaient alors les eaux usées vers les cours d’eaux à proximité. Parfois, il pouvait y avoir ségrégation des eaux pluviales.

Quand les projets de traitement des eaux usées ont fait leur apparition,  des postes de pompage ont vu le jour aux points situés au déversement des eaux pour les diriger vers un point haut. À partir de ce point haut,  l’eau peut s’écouler de façon gravitaire dans le réseau d’égout jusqu’à un second poste de pompage ou vers la station de traitement des eaux usées. Il peut arriver de  trouver un poste de pompage par bassin hydraulique et plusieurs postes de pompage peuvent être installés dans une municipalité.

Les postes de pompage recueillent les eaux usées qui sont souvent mélangées aux eaux pluviales pouvant provenir de grilles de rue, de toits plats, de trop-pleins ou de réseaux percés. Cela a pour conséquence d’augmenter considérablement les coûts d’énergie et les coûts de traitement des eaux dans les stations d’épuration.

Détermination de la provenance des eaux parasites d’infiltration et de captage (ÉPIC) :

Plusieurs méthodes reconnues existent pour déterminer la provenance des eaux parasites dans les réseaux d’égout : des mesures de débits en continu, des remontées par tronçons, des inspections par caméra en sont quelques unes. Mais une méthode encore mal utilisée est sans aucun doute l’analyse des postes de pompage. Ces derniers peuvent en effet fournir une quantité importante d’informations permettant de diagnostiquer la qualité des réseaux d’égouts municipaux situés en amont des postes.

Il s’agit d’installer un enregistreur de données relié directement aux relais électriques des moteurs et à un pluviomètre. De cette façon, les départs, les arrêts, la durée des temps de pompage, la pluie et les informations électriques sont enregistrés en continu. Toutes ces données peuvent être retransmises en temps réel au responsable du service de la ville. Un réseau de basse fréquence, une ligne cellulaire et un lien internet peuvent effectuer cette opération. À l’aide de ces informations sur les débits (temps sec/temps de pluie, période de nappe basse/nappe moyenne/nappe et haute), un diagnostic pourra statuer sur la qualité des réseaux.

Les graphiques de débits permettront de visualiser les quantités d’eau pompées pendant les événements d’orage et de retour à la normale. Les graphiques de données électriques permettront de visualiser les variations de courant sur chaque pompe, les ampérages et voltages permettant ainsi de statuer sur l’état des pompes en temps réel. Suite à l’analyse de ces informations, des décisions éclairées sur la suite des événements seront prises. On pourra statuer sur le captage, l’infiltration, l’influence des pluies et de la fonte des neiges  ainsi que sur un mauvais fonctionnement d’une pompe, un blocage, une mauvaise alimentation électrique ou encore une détérioration de l’état des pompes.

Première Étape :

Installation d’un enregistreur MERMAID dans chacun des postes de pompage. Prise des données en temps réel de chaque pompe et accumulation des données sur plusieurs mois. Prévoir des mesures durant du temps sec, du temps de pluie et en période de nappe basse et de nappe haute. Il faut parfois 2 ou 3 saisons pour obtenir ces conditions. Installation d’un pluviomètre sur le territoire de la municipalité et enregistrement des quantités de pluie tombées. Calibration des pompes pour connaître les capacités de chacune. Installation du logiciel Mermaid.

Seconde Étape :

Recueil bimensuel des données et analyse des résultats avec production des graphiques des débits et des données électriques.

Troisième Étape :

Recommandation sur les réseaux d’égouts sanitaires de la municipalité. Élaboration des études et correctifs à réaliser sur les réseaux. Cela peut-être des essais à la fumée, remontées par tronçons, mesures de débits, inspections à la caméra.

Conclusion de l’étude :

Les enregistreurs MERMAID peuvent être enlevés après la période de mesure. Toutefois, il est recommandé de poursuivre ces mesures car les données sont vivantes et en temps réel. Elles apporteront les informations essentielles pour prévenir les bris et effectuer une bonne gestion des débits et des coûts électriques.

Les commentaires sont fermés.